Ouest Canadien

[Ouest Canadien] Lac Louise et Lac Moraine : entre rêve et désillusion

Je vous retrouve avec un nouvel article où je vous parle de notre passage dans les Rocheuses canadiennes et notamment de notre visite au lac Louise et au lac Moraine dans le parc de Banff.

J’ai longtemps hésité avant de vous rédiger notre expérience de cet endroit que nous avons pu découvrir cet été 2019. J’étais départagé entre vous inciter à venir visiter ces lacs (qui sont tous les deux les lacs les plus photographiés au Canada, rien que ça) et ne pas en parler pour laisser un peu de répit à cette nature, qui commence à être dénaturé. Sauf que je me disais que je préfère vous en parlez et vous dire la vérité sur ces lacs afin que vous ne soyez pas surpris comme j’ai pu l’être.

C’était un de mes grands rêves d’aller découvrir le Lac Louise qui est un lac glaciaire avec une eau bleue émeraude et le lac Moraine (d’ailleurs on a tendance à les confondre les deux). C’est un endroit iconique dans la région de Banff, car aussi le plus visité et de loin. J’insiste sur le fait que ce sont les lacs les plus visités et vous allez comprendre pourquoi.

Le lac Louise très tôt le matin

Lorsque nous avions préparé en avance notre road trip dans les Rocheuses canadiennes, notre étape au lac Louise et Moraine faisait partis des must à faire. Cependant, je n’avais pas vraiment fait attention au fait que c’étaient des lieux hautement fréquentés. Nous avions compris pourquoi lorsque la veille nous avions discuté avec une fille de l’office de tourisme qui nous avait prévenu d’arriver très tôt sur les lieux, si on voulait avoir une chance d’avoir une place de parking. Elle nous avait prévenus de nous rendre avant 7 heures sur le parking du lac Louise et d’arriver avant 5 heures au lac Moraine (qui est simplement le lac voisin). Elle a ajouté qu’il existait des navettes en bus qui pouvaient-nous y emmener, cependant elles étaient pleines pour la journée à partir de 9 heures. Je vous disais bien qu’ils étaient populaires ces deux lacs ?

J’avoue avoir été choquée et dépitée par ce qu’elle venait de nous annoncer. Les lacs étaient victimes de leurs succès (et pas qu’un peu). Nous avions juste une journée pour profiter de ces deux lacs et nous ne devions pas perdre notre chance de les voir de nos propres yeux, sachant que cela faisait partie d’un de mes rêves.

Photo de la carte du site du Lac Louise, par le site de Parc Canada

De plus, j’avais réservé un emplacement de camping qui était « normalement » (oui j’ai dit normalement entre guillemet, vous allez comprendre pourquoi) tout proche du lac Louise pour justement partir très tôt le matin et arriver avant la cohue. Au moment où nous rejoignons le seul camping sur le site du lac Louise (où il y avait une file de voiture très longue) pour nous enregistrer à l’entrée, la dame de l’accueil nous explique que notre réservation n’était pas à ce camping, mais celui qui était à 90 km plus au nord de la route des glaciers. C’est la route qu’on venait d’emprunter le matin même pour nous rendre ici. Nous étions face au fait qu’on n’avait aucune réservation pour les deux prochaines nuits, car la réservation n’était pas au bon endroit. Je ne vous explique même pas dans quel état on était ! On était en désarroi absolu, sachant qu’on n’avait pas le droit de faire du camping sauvage sur le parc de Banff. Nous n’étions pas très enchantés de refaire plus de deux heures de route pour aller dormir dans le camping que j’avais réservé pour ensuite repartir très tôt le lendemain pour nous rendre avant 5 heures au lac Moraine et ensuite avant 7 heures au lac Louise (vous me suivez toujours ?). Ce n’était pas économique de retourner sur nos pas et cela nous aurait fatigué encore plus.

La dame du camping nous a finalement informé qu’il existait un parking (c’était un peu le parking de la dernière chance) pour les personnes qui n’avaient aucune réservation. Nous avions pris note de l’adresse et nous allions nous y rendre, car c’était notre dernière chance de pouvoir dormir à proximité du lac. Le parking était à 10 minutes de là et coûtait 10 $ CA par nuit. Notre panique a commencé à redescendre doucement et on était rassuré de savoir que d’autres personnes étaient dans la même situation que nous. J’étais un peu déçu de ne pas avoir eu l’opportunité de dormir dans le camping du lac Louise, mais celui-ci était déjà plein.

Je vous conseille de réserver vos campings dans les Rocheuses en janvier pour être sûr d’avoir une place de camping dans ceux que vous désirez (j’avais fait les réservations en mars et c’était déjà trop tard). Je vous disais que le lac Louise était victime de son succès, n’est-ce pas ? En voilà, un deuxième exemple.

Finalement, nous avions dormi sur le fameux parking et nous avions même sympathisé avec un couple de québécois. Nous avions dormis dans l’auto et mangé sur le pouce. J’avais programmé mon réveil à 3 h 30 du matin pour m’assurer d’avoir accès aux lacs. La dame nous avait informé que si le parking du lac Moraine était plein, alors les gardes du parc fermaient la route (qui était une route de 15 km jusqu’au lac). Je vous assure que le matin quand nous nous sommes réveillés j’étais bien stressé.

Le levé du soleil à 5 heures du matin

Je laisse un peu de suspense avant de vous montrer le Lac Moraine

Le soleil est à peine levé et on voit déjà une couleur bleue éclatante

Voici le fameux lac Moraine où il faut arriver très tôt pour avoir une chance de le voir. La photo ne rend pas justice au lieu. C’était juste magnifique même très tôt le matin, quand le soleil était encore à peine levé. La couleur était d’un bleue émeraude incroyable et c’est grâce au reflet du soleil que le bleu peut être encore plus éclatant. Ce matin-là, nous y étions restés juste 1 heure sur place, car nous avions choisi de passer la journée au lac Louise pour randonner (il faut savoir faire des choix).

Il y avait déjà beaucoup de monde de stationné sur le parking du lac Moraine (le parking est très petit, environ une centaine de places pas plus) quand nous étions arrivés à 4 h 30 sur place. C’était assez effarant d’ailleurs. Ce qui m’a le plus troublé ce sont toutes les personnes qui étaient déjà installé prête à faire la plus belle photo et aussi tous ceux qui venaient faire un shooting photo avec un photographe. Nous nous sommes contentés de regarder ce magnifique lac en silence et de prendre des photos avec nos yeux.

La vue sur le Lac Louise et son hôtel Fairmont

Comme je disais, nous avions choisi de passer la journée au lac Louise et de faire la randonnée de « Plain of Six Glaciers qui était une ascension vers les glaciers du lac Louise. En marchant vers les six glaciers, nous marchions le long du lac pour nous en éloigner et voir au loin l’hôtel Fairmont. La vue est assez belle, mais je ne suis pas vraiment fan de cet hôtel qui ruine un peu cette atmosphère naturelle (j’ai même entendu dire qu’il y a environ 2 000 chambres dans l’hôtel, bref je trouve ça effarant). Si vous souhaitez dormir dans ce fameux hôtel, il va falloir débourser un bon paquet d’argent pour une nuit.

Nous avions longé la rivière des six glaciers

L’avantage de faire la randonnée dès 7 h 30 du matin c’est qu’on n’est pas nombreux sur le site et nous pouvions fuir les touristes matinaux qui se contentaient de rester devant le lac Louise. Seul les plus courageux étaient sur les sentiers de randonnées pour voir le lac de plus loin.

Nous avions longé la rivière des six glaciers

Le sentier de randonnée de la « Plain of Six Glaciers » est d’environ 5,3 km et la vue au bout sur le lac Louise est juste incroyable. On ne dirait pas qu’on a marché autant, car le temps passe vraiment vite quand tu es dans la nature comme ça. C’était somptueux de pouvoir observer les glaciers de si près.

On a essayé d’aller au plus près des glaciers et le chemin était assez sinueux, mais il valait clairement le coup (bon, vous ne le voyez pas, mais c’est sans issu au bout). Nous avons dû retourner sur nos pas pour nous rendre vers le lac Agnès. Nous avons pris la « Higline Trail » qui nous a amené jusqu’au « Big Beehive » où il y a la fameuse vue sur le lac Louise. La vue était incroyable. Une des plus belles vues que j’ai vues dans ma vie.

L’ascension pour se rendre jusqu’à cette vue a été très dur pour moi. Je ne suis pas une habituée des randonnées en altitudes. Nous avions déjà fait plus de 3 heures pour nous rendre aux six glaciers et nous avions enchainé avec 2 heures de monter intensive pour nous rendre jusqu’à là. Je me plaignais beaucoup sur le chemin, mais je me rassurais en me disant que la vue valait forcément la chandelle. C’était chose promise. À l’instant où j’ai vue cette vue, j’avais oublié toute la difficulté que j’avais eue juste avant.

On était resté plus d’une heure à contempler cette vue si prestigieuse. Les plus courageux était là-haut avec comme seule attraction les petits écureuils suisses (les chipmunks). Bref, je n’avais pas vraiment de mot face à cette vue.

Nous avions continué notre chemin vers le fameux lac Agnès qui est très réputé aussi par sa beauté. Et c’était chose promise encore une fois, même si le chemin pour s’y rendre était très abrupte.

Le lac Agnès dans toute sa splendeur

Le lac Agnès était vraiment magnifique, car il était niché au creux des montagnes rocheuses. J’avoue avoir été très contente d’avoir fait la randonnée dans ce sens (il est possible de choisir l’inverse de ce qu’on a fait). Sur la photo il y a une impression d’être seul au monde, même si on commençait à croiser pas mal de personnes qui randonnaient. Au loin, on peut apercevoir une cabane en bois où vous pouvez prendre un café et déjeuner.

Une fois qu’on a longé le lac Agnès, nous avons commencé à redescendre vers le lac Louise en passant par le lac Miroir (dont je n’ai pas de photo). La descente n’était pas vraiment belle et sympa à photographier, pis on commençait à croiser énormément de monde. Nous étions vraiment tranquilles au début avec les randonneurs les plus courageux (qui étaient vraiment gentil). Disons que la partie entre le lac Louise pour se rendre vers le lac Agnès était la partie la plus simple et la partie la plus fréquenté (la raison du pourquoi on commençait à croiser la masse).

À la fin de notre randonnée on était vraiment heureux d’avoir vécu cette expérience unique. On était fatigué, mais heureux. Nous avions fait environ 6 heures de marche avec un total de presque 20 km.

Le monde face au lac Louise pour prendre la plus belle photo

Je vous conseille de venir découvrir le lac Louise, mais ne vous arrêtez pas à aller juste voir la vue principale. Les différentes randonnées qu’on a faites étaient vraiment géniales et je vous les recommande vivement. De plus, il existe des randonnées au lac Moraine qu’on n’a pas faite, mais apparemment elles valent clairement la chandelle aussi. N’hésitez pas à vous éloigner de la foule, car cela rendra votre expérience meilleure.

Je vous recommande de venir tôt sur le site pour faire les randonnées ou même pour vous y rendre. Nous y étions au début de la saison haute et il y avait énormément de bus de touriste et le parking était plein (une fois la randonnée finis c’était noir de monde).

BONUS

Nous étions déçus de ne pas avoir vue le lac Moraine avec toutes ses couleurs la première fois, donc nous avions décidé de revenir un autre jour quand on était à Banff. Nous sommes revenus plusieurs jours plus tard le soir vers 21 heures. Nous ne pouvions pas venir avant, car il y a toujours autant de monde.

Les couleurs étaient IN-CROY-ABLE ! Je n’ai pas de mots pour vous expliquer le sentiment face à ce lac. Bon évidemment, il y avait beaucoup de monde autour du lac et ça enlève ce côté authentique.

J’espère que mon retour d’expérience sur le lac Louise et le lac Moraine, vous aura plus. En tout cas, je trouve toujours que les photos ne rendent pas assez justice à la beauté du lieu.

Est-ce que tu rêves de visiter cet endroit ou as-tu déjà visité cette partie des Rocheuses canadiennes ? Je souhaite connaître ton avis dans les deux cas.

Merci d’avoir lu jusqu’au bout cet article et à la prochaine pour le suivant.

4 commentaires sur “[Ouest Canadien] Lac Louise et Lac Moraine : entre rêve et désillusion

  1. Merci pour cet article ! C’est important de raconter les bons comme les mauvais côtés et clairement y a des deux… Mon copain veut absolument qu’on aille en Alberta cet été mais je suis pas mal refroidie par le monde et ton article me conforte dans cette idée ! Je crois qu’on va faire du hors saison (genre mai ou octobre, tant pis s’il y a de la neige !)

    J'aime

    1. Merci à toi pour ton commentaire. Effectivement, je te conseille d’y aller hors saison, mai-juin ou septembre-octobre. Je trouve que ça peut être un décor vraiment beau avec la glace et la neige. Après tu peux y aller en été, il faut juste s’y préparer et réserver au mois de janvier les campings et les hébergements. C’est un site magnifique !! Unique au monde.

      J'aime

  2. C’est vrai que le lac a une couleur vraiment magnifique !
    Mais oui, ce genre de couleur est recherchée de plus en plus pour les instagrammers…et tu as fais le constat de ce tourisme de masse, qui vient dans des paysages en quête de belles vues… je ne sais pas si ce sont des éco-responsables, mais cela engendre généralement une pollution nuisible à ce genre de lieux que l’on espère, sera préservés de nos ravages.

    J'aime

    1. Oui la couleur est si pure et magnifique. Effectivement, il faut préserver des lieux naturels comme ceux-là. C’est si précieux. Il faut que les gens soient avertis et qu’ils agissent en conséquence pour ne pas déranger la nature. En tout cas, je vais faire de plus en plus attention lorsque je me rendrais dans des lieux comme ceux là.

      J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.