Slow Life

[Slow Life] : Mes cosmétiques indispensables, partie I

Je souhaitais vous faire un article sur mes cosmétiques indispensables que j’utilise chaque jour dans ma routine. J’espère que ce genre d’article vous plaira, n’hésitez pas en fin d’article à me partager ceux que vous utilisez, vous, car je suis toujours curieuse de découvrir d’autres produits.

Cela fait déjà plus de deux ans que j’ai commencés à me questionner sur ma consommation de cosmétique conventionnel, grâce notamment aux vidéos Youtube de La Petite Gaby qui parlait des ingrédients mauvais pour la santé et du Green Washing.

Qu’est-ce que le Green Washing : c’est un procédé de marketing ou de relations publiques utilisé par une organisation (entreprise, administration publique nationale ou territoriale, etc.) dans le but de se donner une image de responsabilité écologique trompeuse.

Ses vidéos m’ont littéralement ouvert les yeux, car oui, je ne m’étais jamais vraiment posée de questions sur le contenu des produits cosmétiques et d’hygiènes. J’ai donc décidé de remettre en question toute ma routine concernant ce sujet, car je souhaitais me tourner le plus possible vers des solutions naturelles et biologiques. T’sais, la liste infinie d’ingrédients sur ton pot de crème que tu te mets le matin, eh bien j’avoue ne plus avoir été sereine depuis que j’ai découvert l’envers du décor. Pis, j’étais aussi ce genre de fille qui avait beaucoup trop de produits sur ses étagères de sa salle de bain (oui, oui, je prenais toujours toute la place), alors je voulais être minimaliste. Alors j’ai dit « Stop à la surconsommation ».

Dans le même temps, je me suis aussi tournée vers une consommation responsable et du non-jetable, car je me suis rendu compte que je produisais beaucoup de déchets (que ce soit via le plastique des différentes crèmes, des shampoings ou des eaux micellaires que j’utilisais).

Les disques de coton lavable biologique

J’utilise des cotons lavables depuis plus de deux ans quotidiennement, et ce fut mon premier changement vers ce mode de consommation minimaliste et écologique. Je vous assure que cela va révolutionner votre routine si vous les adoptez. Désormais, je ne jure que par ça, pis c’est tout doux.

J’ai environ une vingtaine de cotons lavable biologique dans mon pot, ce qui me permet de faire une bonne rotation. Cela me laisse aussi du temps avant de les laver à chaque utilisation à l’eau claire et au savon de Marseille (ou autre savon détachant). Évidemment, la première fois, c’est un coût d’acheter tous ces cotons biologiques, mais sur le long terme c’est tellement rentable !

photo by Les Trappeuses

Je ne vois aucune contrainte avec les lingettes de coton à l’heure actuelle, cela a vraiment révolutionné ma routine. La poubelle de la salle de bain a juste disparu depuis ce temps-là.

Recette pour blanchir les cotons : Laissez tremper dans une bassine d’eau chaude, durant 24 heures, les cotons avec du percarbonate de sodium. J’essaie de le faire une fois tous les deux mois, ou quand j’ai le temps.

Les savons (corps et cheveux)

J’ai décidé d’arrêter les shampoings et savons conventionnels pour plusieurs raisons. La première raison était de limiter ma consommation de plastique. La deuxième raison était d’arrêter de polluer mon corps avec des substances nocives, tels que des additifs, des parfums de synthèse, les parabens, le silicone ou même des perturbateurs endocriniens. Il faut aussi savoir que les gels douches et shampoings conventionnels polluent l’eau, car il y a des micro-particules de plastique qui s’infiltrent dans l’eau et elles ne sont pas visibles à l’œil nu… Et tout cela se retrouve ensuite partout, car il n’existe pas encore de filtres à micro-plastique, à savoir dans la mer notamment, des déchets qu’ingèrent les poissons par exemple, que vous mangerez peut-être par la suite.

Instagram by @Lareservenaturelle

Depuis que je suis arrivé à Montréal, j’ai découvert la marque Oneka, qui est une marque québécoise (c’est bien de faire travailler les fabricants locaux en plus) de soins pour les cheveux et pour le corps. Leurs produits sont certifiés biologiques, exempts d’agents toxiques ou de parfums chimiques, 100 % naturels, biodégradables, végétaliens et n’ont jamais été testés sur des animaux (cruelty-free).

J’utilise leurs shampoings et leurs revitalisants pour cheveux, que j’achète en vrac dans mon épicerie zéro déchet préféré, La Réserve Naturelle. Il y a également d’autres marques locales de savon en barre pour le corps et les cheveux.

J’utilise également les savons solides de La Savonnerie des Diligences pour le corps, qui est une marque québécoise, et qui sont des produits fait main. J’adore cette marque, car ils ont énormément de choix de savon, et chaque savon détient un personnage accompagné d’une petite légende. Je trouve cela très amusant.

Rasoir éternel

On va parler poil ! Promis, c’est sans tabou ici.
J’ai envie de vous crier mon amour pour ce rasoir éternel, qui est devenu mon indispensable zéro déchet désormais. Ce rasoir est en métal et les lames sont changeables. Je vous promets que vous n’allez plus courir magasiner un rasoir jetable, qui en plus de ça ne rase pas bien et qui a une durée de vie aussi courte qu’un papillon.

photo by boutiquezerodechet.com

Les lames durent aisément entre 4 et 6 mois (tout dépend de la fréquence de rasage) ce qui est vraiment beaucoup, vu la longévité des rasoirs jetables. Je trouve que ce rasoir est vraiment un bon compromis, quand tu n’as pas le budget pour aller chez l’esthéticienne tous les mois, ou que tu as la frousse de la cire ou même du rasoir électrique. Pis, je trouve qu’il rase vraiment bien et je n’ai pas besoin de passer plusieurs fois pour raser les poils.

photo by les-mauvaises-herbes.com

Il faut compter environ 22 $ CA le rasoir éternelle et 20 lames pour 12 $ CA (j’ai changé une seule fois ma lame en 6 mois). Au niveau du budget ce n’est pas du tout dispendieux. Sachant que pour un bon rasoir à tête jetable, il faut y mettre le prix et rajouter à cela les cartouches, pis entre nous ça ne dure pas longtemps. Alors je vous assure que le rasoir éternel sera votre nouveau meilleur ami si vous l’adoptez.

J’ai acheté mon rasoir sur le site de Hakuna Taka en France, mais pour celles et ceux qui sont au Québec, je vous conseille le rasoir des Trappeuses , ou celui qui est dans ma boutique favorite, La Réserve Naturelle.

C’est un de mes meilleurs investissements en termes de produits écologiques et minimalistes.

Les Huiles Végétales

Je veux vous crier mon amour pour les huiles végétales, et pourtant, j’ai longtemps attendu avant d’y passer. Et oui, avant, ma routine de démaquillage était constituée de produits démaquillants conventionnels et une eau micellaire (d’ailleurs pour les peaux à tendance sèche, je ne vous recommande pas les eaux micellaires tout court !).

J’utilise deux huiles végétales différentes, après, celles que j’utilise ne convient pas forcément à tout le monde. Il existe beaucoup d’huiles végétales, donc il y en a pour tous les goûts.

Photo by les-mauvaises-herbes.com

Je ne suis pas une experte en la matière, mais je vais vous donner quelques conseils que j’ai piogé dans le « Petit grimoire des cosmétiques maisons des Trappeuses« , qui est un peu ma « bible » en la matière.

Les huiles végétales possèdent des propriétés nourrissantes, protectrices et émollientes (c’est-à-dire qu’elles adoucissent), et assouplissent la couche supérieure de la peau. Chaque huile possède des vertus et peut être choisie en fonction de vos besoins, que ce soit une peau sèche, à tendance grasse, ou mixte. Il existe l’huile d’argan, de carthame, de chanvre, de noisette ou bien de pépin de raison (et plus encore).

Dans mon cas, ma peau était assez grasse avant d’utiliser les huiles végétales, et j’avais peur que cela empire encore plus (on a un peu une appréhension au début). Finalement, je n’ai pas du tout eu un effet gras sur ma peau, car elle absorbe l’huile pour la nourrir (ce qui est un super bon deal pour l’hiver, car celle-ci a tendance à être plus sèche).

J’utilise l’huile de coco et l’huile d’amande douce tous les jours pour me démaquiller en premier lieu, ensuite j’applique une débarbouillette humide sur le visage pour enlever les résidus de maquillage, puis je mélange l’huile de jojoba et le gel d’Aloe vera que j’applique sur la peau qui fait office de crème hydratante.

En adoptant une routine plus responsable, plus besoin d’avoir 1001 produits, juste à en utiliser un ou deux pour diverses utilisations.

Attention :
Une fois que j’aurais finis mon pot d’huile d’amande douce, je me dirigerais vers une huile qui est moins polluante pour l’environnement, car pour produire une seule amande, il faut 5 litres d’eau tout de même.

Le gel d’Aloe Vera

Depuis que j’ai découvert le Gel d’aloe vera, je ne pourrais plus m’en passer dans ma routine. L’aloe vera est une plante reconnue pour ses grandes propriétés médicinales, elle est composée de plus de 150 actifs ! C’est un véritable cocktail nutritionnel, hydratant, cicatrisant, réparateur, et même anti-âge.

La marque que j’utilise est le Pur Aloé (disponible en France facilement), toutefois il y a aussi la marque Lily of the desert (qui est disponible au Québec).

Je l’utilise comme crème hydratante en le mélangeant avec mon huile de jojoba (fait rapidement dans ma main). L’effet du gel d’aloe vera tire le visage alors en ajoutant une huile ça permet que ce soit plus confortable.

Lorsque vous achetez votre gel d’aloe vera, prenez celle qui détient le plus de pourcentage d’aloe vera, et il faut aussi regarder la liste d’ingrédients afin de s’assurer de trouver sous l’intitulé ‘Aloe Barbadensis Leaf Juice‘ et non Aqua (= l’eau) en première position.

J’utilise le gel d’aloe vera en soin pour le visage, qui est apaisant lorsque j’ai des rougeurs, irritations ou coup de soleil, voir même après épilation. L’été dernier, je l’avais utilisé pour soulager la gêne qu’apporte les boutons de moustiques. Bref, vous l’aurez compris, le gel d’aloe vera est utile pour plein d’utilisations, il est vraiment multi-fonctions.

Je vous partagerais un autre article avec les autres produits que j’utilise dans ma routine quotidienne et ceux qui ont changé ma façon de consommer que ce soit pour l’environnement ou pour moi-même.

J’espère que cet article vous aura plus et vous aura donné envie de consommer différemment. Merci d’avoir lu jusqu’au bout l’article.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.